LE BON PASTEUR. NOTRE ENFANCE.                                                          Index du Forum

LE BON PASTEUR. NOTRE ENFANCE.
Ce forum est réservé aux anciennes pensionnaires des "Bon Pasteur", et à leur sympatisants.

       FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes"
Aller à la page: <  1, 2, 3226, 227, 228284, 285, 286  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE BON PASTEUR. NOTRE ENFANCE. Index du Forum -> Nos sujets (INDEX DU SITE) -> FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BON PASTEUR : enfance volée ou sauvée ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bernard-1940


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2013
Messages: 1 271
Localisation: Essonne
Masculin

MessagePosté le: Sam 5 Oct 2013 - 22:26    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

De 1960 à 1962, j'étais militaire dont un trop long séjour en Algérie à servir par les armes une mauvaise cause coloniale.

 J'ai habité Orléans en 1962 et 1963, puis La Chapelle Saint-Mesmin de 1964 à 1968.

J'ignorais totalement qu'il y eu de tels établissements à Orléans car je n'ai jamais entendu quelqu'un en parler.

Mon fils aîné est venu au monde à la Clinique du Bon Secours où des soeurs oeuvraient. Je me souvient trop bien de la dureté de ces personnes. Lise a eu un accouchement très difficile qui a duré plus de 48 heures et elle a finalement dû être endormie à la fin malgré la réticence de ces dames. Elle n'a pu voir le bébé que 3 jours plus tard, ces chères soeurs ne voulant pas lui présenter l'enfant. Elle avait peur que cela ne cache un malheur, malgré mes paroles de réconfort et mes assurances. Elle est ressortie avec le bébé, mais 2 jours plus tard elle était à nouveau à la clinique avec une très mauvaise fièvre, et seule.

Je me demande si s'était la même congrégation que pour vous.

A Lamotte-Beuvron, la Colonie était connue de tous. La ville était petite et vivait en partie grâce  à l'établissement. Tous les pensionnaires étaient vite repérés et  même aujourd'hui, je suis certain que je serais appelé le "colon". Mais au moins, notre existence n'était pas niée.

Je suis vraiment désolé et révolté que le silence ait été si épais sur votre véritable calvaire.

-----------------------------------
Enfants punis pour petits délits, adultes absous pour gros délits
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Oct 2013 - 22:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Danielle


Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2011
Messages: 12 560
Localisation: NIEVRE
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 00:32    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Ah, merci Bernard!!  enfin une personne qui comprend la détresse de toutes ces "jeunes filles" coupables de n'avoir pas eu de vraie vie. Echouer, d'une façon comme d'une autre dans ces "établissements" n'avait rien de glorieux. La détresse, la tristesse, que je traîne encore dans mes nuits, en est la preuve. Et je ne suis pas la seule, malgré la " bravitude" de certaines.

Je crois bien que toutes, (même les plus endurcies) n'arrivent pas à effacer ces moments de leur adolescence. A quinze ans et quelques mois, j'ai essayé de sortir en "promenade" le dimanche. Ce n'était pas sous les arcades, mais en rang d'oignon, religieuse devant, au milieu et derrière le "troupeau"

Et je te jure, qu'aujourd'hui encore j'ai la vision nette, du regard des gens à notre passage.  Entre pitié et dégoût................ça m'a guérie de toute sortie durant le reste de mon enfermement, qui a duré jusqu'à ma majorité. (celle de l'époque)

Je ne sais pas comment fonctionnent mes copines. La vie, les misères de chacune ont façonné notre mental. Pour moi, ce n'est plus une question de rancune. J'ai eu trop de chagrin. Le désespoir est plus fort que la rancoeur.

Ceux que je devrasi haïr sont dans l'autre monde, alors je traîne mes nuits, et je fais comme je peux pour ne jamais faire ce que l'on m'a fait. Sans plus.,La seule chose que je sais, c'est que l'on ne devrait jamais blesser un enfant, de quelque manière que ce soit.

J'ai connu les arcades d'Orléans, bien plus tard, libre de tous mouvements, mais pas encore dans ma tête. Orléans et ses environs étaient beaux, mais trop inconnus pour moi.

Je suis comme Marie, personne ne me fait raser les murs, mais je n'arrive toujours pas à rester dans une trop grande lumière, mais tout compte fait........ça me va bien.

Il y des jours ou converser avec un homme, ...........ça fait du bien!!

-----------------------------------
A ceux qui portent en eux la contrainte, la méfiance, la rancune, la vie sourit en vain

Marcel AUCLAIR
Revenir en haut
Bernard-1940


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2013
Messages: 1 271
Localisation: Essonne
Masculin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 08:21    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Danielle, à la Colonie, nous déambulions également en uniformes et en rangs d’oignons à travers les rues de la petite ville. Là, il était impossible aux habitants d’ignorer que nous étions le « Colons » de la « Maison de redressement ». Nous étions obligés de rester en rangs bien dressés, encadrés par nos surveillants qui se voulaient « éducateurs ». Ce n’est donc pas cela qui m’attriste le plus dans votre sort, mais plutôt l’ignorance de votre vie pour beaucoup dans la grande ville qu’était Orléans, la dure maltraitance morale qui vous était infligée. Votre condition féminine offrait à vos gardes-chiourmes des angles d’attaque autrement plus pervers que ceux utilisés pour nous. C’est terrible… terrifiant…

Alors, je ravale mes plaintes devant vous toutes, prêt même à vous demander pardon de cette inhumanité vous a été infligée.


-----------------------------------
Enfants punis pour petits délits, adultes absous pour gros délits
Revenir en haut
Dousig
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2009
Messages: 8 347
Localisation: Berry
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 09:22    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Orléans est la ville ou j'ai été la plus malheureuse et la plus heureuse. J'y suis restée de 59 à 64, j'y ai fait diverses pensions après le BP toutes tenues par les soeurs de la Sagesse. Des femmes extraordinaires. J'y suis allée aux Beaux-Arts inscrite par elles et bien d'autres choses qu'elles m'ont permis de faire.
J'y reviens avec plaisir et la Loire reste mon amie fidèle. J'y retournerai bientôt (dans mon BP) il y en avait 3 !


Le petit séminaire d'Issoudun je connais aussi.
Lamotte-Beuvron, je passe devant la colonie lorsque j'y vais en salon du livre et bien d'autres endroits tous aussi douloureux.

Je n'ai pas de haine. C'était notre destin et je ne dis pas ça par fatalisme, ce n'est pas mon genre. Si nous n'étions pas passées par cette "case" peut-être que ça aurait été pire.
Je ne suis pas douée pour le malheur. J'avance, sereine, pas à pas malgré les difficultés. Il nous reste si peu de temps ! A quoi bon le gâcher.
Je me battrais toujours pour que nous soyons reconnues mais sans larmoiements. Il y a longtemps que j'ai fait la paix avec mon passé. Il y a des choses plus douloureuses que le BP dans ma vie.

-----------------------------------
Institution Anjorrant Bon Pasteur Orléans ( Bleuettes) : 1959/1960

Avoir de l'espoir dans le désespoir.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Bernard-1940


Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2013
Messages: 1 271
Localisation: Essonne
Masculin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 13:49    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Orléans est une très jolie ville, chère à mon cœur car c’est là que j’ai rejoint définitivement l’amour de ma vie en juillet 1962. Cela faisait déjà 4 ans que nous nous étions rencontrés, 2 ans de mariage, mais quand même 4 ans de séparation.

J’ai passé 6 années de bonheur dans cette agglomération qui m’éloignait un peu de Lamotte-Beuvron et de la Colonie.

J’en ai profité pour refouler tous ces souvenirs, pour vivre dans l’oubli.

Mais j’ai gardé ma révolte intacte, le sentiment d’injustice faite aux enfants démunis. J’ai lutté pour eux car je n’ai jamais oublié ce qu’est la condition d’un enfant pauvre. Mais, par bonheur, j’ignore ce qu’est celle d’un parent pauvre.

Parallèlement à ma vie professionnelle, j’ai mené un combat qui me permettait de dépasser ma fureur. J’ai pris des risques que je juge aujourd’hui insensés. Puis je me suis heurté aux réalités de notre société, et j’ai lâché ces combats.

À plus de 70 ans, je suis repassé au Centre d’Observation de Savigny-sur-Orge. Et tout revient petit à petit à mon esprit. La lecture de vos écrits, à toutes, renforce cette quête des sentiments enfouis. Cela inquiète Lise, qui prend peur lorsqu’elle me voit bouleversé en évoquant un temps révolu qui ressurgi comme le diable de sa boite.

Aujourd’hui, j’ai toujours ma colère, ma fureur. Mais je sais qu’il est vain d’espérer un monde meilleur de mon vivant. Rien ne s’est arrangé. Les malheureux sont toujours là, ils ont seulement changé de noms, d’origines.

Notre société a failli, a abandonné les espérances clamées par nos anciens au lendemain de la guerre, puis par nos contemporains à la fin des années 60.

Tout est toujours à faire, mais il nous faut quand même savoir, continuer d’apprendre, transmettre. Peut-être qu’enfin, un jour, plus tard…
-----------------------------------
Enfants punis pour petits délits, adultes absous pour gros délits
Revenir en haut
mejo


Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 1 782
Localisation: le pouliguen
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 15:02    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Dany tu as dû être une fille sincèrement gentille et à l'écoute des autres comme tu l'es aujourd'hui pour avoir le courage de rester jusqu’à ta majorité dans de telles conditions.
perso, je n'ai vecu çà que 9 mois à Pau parce que j'ai frappé et dévoilé la bonne soeur  et que même si c'était une maison de redressement, elles m'ont virée quand elles ont compris qu'elles ne pourraient pas me "redresser".
j'ai pas eu mieux après en étant libre (souvent la faim ) mais je suis encore là. il n'y a que quelques années que je ne reve plus de fuite!
par contre quand j'étais à saint hilaire saint florent, je n'ai pas été malheureuse jusquà ce que la mère assistante (mère saint Jean du christ) soit mutée a Charenton. c'est là que la remplaçante, noua a virées ma copine brigitte et moi a pau parce que nous allions a l'école à l'exterieur et que çà coutait trop cher . elles nous ont donc remises à un juge pour pouvoir nous mettre sous protection judiciaire. j'ai tout compris et vu les preuves quand je suis allée a angers le 16 septembre dernier .
mais c'est vrai qu'à st hilaire je n'étais pas malheureuse. j'étais dure c'est vrai puisque j'étais "la femme du foyer depuis 2 ans" à l'age de 10 ans  et çà m'avait fait tout drôle que quelqu'un me donne des ordres mais........... je n'ai connu que les sorties dans les bois, le chateau, le champ de tir du dimanche  (caserne au repos) . jamais nous ne nous promenions en groupe en ville qui etait a 3 kms.
l'été elles nous emmenaient an vacances a noirmoutiers.
je pense que çà vient surtout de la "folie" de certaines bonnes soeurs.
moi j'ai retrouvé et correspondu avec mère sat jean du christ jusqu à son décès. en fait c'était une éducatrice (une vraie diplômée) ancienne cheftaine de jeannette mais ayant la foi.
quant à la mère supérieure quand j'étais à saumur, elle a quitté les ordres mais je ne l'ai pas retrouvée.
en fait je n'arrive pas à avoir de haine contre qui que ce soit et je me dis toujours et le dis aussi à mes filles qu'à toute chose malheur est bon.
peut être que si je n'étais pas allée a st hilaire, avec mon fichu caractère je serais devenue "voyou e"
peut être que........... j'aurais pû ne pas être une handicapée de l'amour
peut être que ........... 
mais si moi je n'ai souffert que 9 mois, (tiens c'est le temps d'une gestation) je lève mon chapeau à celles qui ont tenu jusqu'à leur majorité.
Revenir en haut
marie


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2011
Messages: 2 181
Localisation: nantes

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 16:11    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

si nous n etions pas passees par la case bp je ne pense pas que nous aurions ete pires ,la maltraitance ne rend pas service ,elle rend les individus qui la subisse bien plus enrages ,je suis comme bernard ,ma revolte est intacte et je ne peux pardonner l impardonnable
-----------------------------------
bp angers centre d observation les tilleuls 1965 bp orleans 1965 1967 les dames blanches nantes 1967 apres je me suis sauvee!!!!!
Revenir en haut
mejo


Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2013
Messages: 1 782
Localisation: le pouliguen
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 16:30    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

je suis d'accord avec toi quelque part mais je me suis toujours dit qu'au fond la haine et la rancoeur ne font de mal qu'à celui qui les porte en lui et non pas à celui contre qui elles sont dirigées car celui (ou celle) la s'en fout.
c'est nous qui sommes malheureux (je parle au masculin puisque maintenant nous avons un homme)mais pas celles (ceux) qui nous on maltraités surtout que maintenant ils sont presque tous DCD
donc s'il ne faut pas oublier et en parler pour que çà ne se reproduise pas mais surtout ne pas vivre avec la haine çà fait trop de mal
Revenir en haut
Danielle


Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2011
Messages: 12 560
Localisation: NIEVRE
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 18:09    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

A 19 ans, j'ai eu un choix de sortie ( je l'ai déjà expliqué  dans je ne sais plus quel forum, qu'importe) Armée d'un CAP de couture, et de mon secrétariat-comptabilité, je devais aller au foyer et travailler en extérieur tout en rentrant tous les soir, c'était le bonheur ( surtout que ma copine Ragazzo y était dans ce foyer)

Mais il a fallu le consentement de mon papa..........qui fut négatif. Donc la proposition a été placement comme "bonne à tout faire" que j'ai refusé durant quels mois. Les copines m'ayant fortement poussée à accepter, je ne suis resté dans la place que quelques mois à contre coeur. Je vous passe les détails de la vie que je menais dans cet emploi.

Bref, en visitant ma soeur ( seule sortir autorisée le dimanche tantôt) je lui ai demandé de ne pas retourner au bp. Et la suite; Patriarche accouru durant la nuit, que j'ai passée à la gendarmerie, puis retour en grande honte au BP, avec félicitations d'usage de la mère supérieure, qui m'avait fait confiance et que j'avais tant déçue etc etc..........

Personne n'a pensé à me demander le pourquoi du comment. c'était comme cela à l'époque. Il ne fallait surtout pas déborder de la case. Surtout quand on avait eu la "bonté" de s'occuper de votre cas.

Je n'ai plus de haine, d'ailleurs , à l'époque je n'avais que de très gros chagrin. Mejo, c'est vrai que j'étais une gentille fille, mais je ne savais pas m'exprimer, je ne savais pas dire, même par la colère, que je n'allais pas bien. D'ou aujourd'hui, mon comportement très explicite, sur quelque sujet que j'aborde.

Nous n'avons pas eu toutes les mêmes adolescences. La seule chose qui nous réunit, c'est ce bon sang d'enfermement. Chacun l'a vécu comme il pouvait, mais c'est vrai que j'ai été longtemps à ne pas savoir qui j'étais, et pourquoi j'étais sur cette terre.

Je suis passée par le déni de féminité, je ne voulais pas de ces attributs que la nature m'avait donné. Le côté masculin me rebutait à cause de l'exemple de mon père. Je me trouvais entre deux, c'est à dire rien.

Et j'ai longtemps pensé comme ma grand-mère  me le "disait, tu ne feras jamais rien de bon dans ta vie , comme ta mère" ( on se demande bien pourquoi, puisque maman au début de sa vie de mère était exemplaire)

Alors quand j'ai pu, j'ai choisi, l'humour, la gaité et le rire. ça cache bien des choses, et ne fait de mal à personne, bien au contraire!! et à force de les pratiquer, àa m'a donné tant de joie, que je n'ai plus envie de changer.

Mejo, tu as dit une belle phrase. ......peut-être que, je n'aurais pas été une handicapée de l'amour.............à mon avis, nous devons être une pelletée dans le genre.

-----------------------------------
A ceux qui portent en eux la contrainte, la méfiance, la rancune, la vie sourit en vain

Marcel AUCLAIR
Revenir en haut
collectif émancipation


Hors ligne

Inscrit le: 23 Sep 2013
Messages: 14

MessagePosté le: Dim 6 Oct 2013 - 21:03    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Bonjour,
merci beaucoup pour vos réponses !
nous avons mis du temps à revenir vers vous car nous souhaitions discuter collectivement de la réponse à apporter à vos messages.  Notre poing levé est l'expression de la révolte qui nous anime face à ceux qui nous voudraient victimes passives. Nous ne souhaitons pas vous faire lever le poing, nous pensons important de faire connaître l'histoire de ces lieux et nous serions très heureux-ses d'avoir l'occasion d'échanger avec celles d'entre vous qui le souhaitent. Je suis certaine qu'il ne viendra à l'esprit de personne venant à cette soirée de considérer les filles passées par le Bon Pasteur comme des filles de rien, mais je ne peux rien vous assurer sinon que ce pourrait être une belle et riche rencontre... Nous devrions nous voir pour discuter de tout ça au préalable, pour faire connaissance et voir ensemble comment donner forme à tout ça avec les envies de chacun-es ?
Nous pourrions nous retrouver à l'Etincelle, notre local de réunion, ou à l'extérieur, chez un/ une des membres du collectif...
bonne soirée à toutes, en espérant une rencontre prochaine



C. pour le collectif
Revenir en haut
marie


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2011
Messages: 2 181
Localisation: nantes

MessagePosté le: Lun 7 Oct 2013 - 14:51    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

merci de nous donner la parole ,car notre histoire est encore meconnue ,et moi je saisi toutes les occasions qui me sont proposees pour parler de cet enfer que nous avons vecu ,votre poing leve ne me gene pas ,je l ai souvent leve surtout en 68 ,un peu moins maintenant avec l arthrose !!merci
-----------------------------------
bp angers centre d observation les tilleuls 1965 bp orleans 1965 1967 les dames blanches nantes 1967 apres je me suis sauvee!!!!!
Revenir en haut
Dousig
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2009
Messages: 8 347
Localisation: Berry
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Oct 2013 - 14:59    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Pour le collectif :
Juste une question est-ce vous qui avez tagué les murs du Bon Pasteur d'Angers ?
-----------------------------------
Institution Anjorrant Bon Pasteur Orléans ( Bleuettes) : 1959/1960

Avoir de l'espoir dans le désespoir.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
marie


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2011
Messages: 2 181
Localisation: nantes

MessagePosté le: Lun 7 Oct 2013 - 17:43    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant


-----------------------------------
bp angers centre d observation les tilleuls 1965 bp orleans 1965 1967 les dames blanches nantes 1967 apres je me suis sauvee!!!!!
Revenir en haut
christine menegaz


Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2013
Messages: 1
Localisation: pezenas
Féminin

MessagePosté le: Ven 11 Oct 2013 - 21:21    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

Bonsoir, je m appelle Christine, j ai vécu au Foyer Bon Pasteur de Strasbourg durant la période de mai 1982 a juin 1987, j'y suis entrée a 12 ans et demi et j en suis partie a 18 ans, l'année ou tout les bons pasteur ont fermé. Cela me ferait plaisir de pouvoir en parler avec vous et peut être retrouver des filles qui étaient avec moi a la même époque :) 
Revenir en haut
cathy
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 11 Oct 2013 - 21:34    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes" Répondre en citant

bonsoir Christine et bienvenue sur ce forum, tu peux regarder sur la liste des membres inscrit par ville et par BP, mais méme si tu ne retrouves pas  des filles de ton bp, nous sommes toutes préte à t'accueillir parmi nous
avec grand plaisir, tu peux visiter les sous-forums pour te familiariser et tu trouveras ici une oreille attentive.
bonne soirée à toi et à demain si tu le veux bien 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:29    Sujet du message: FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BP : Ici, on ne parle que de nos vies de pensionnaires Si vous recherchez des anciennes, laissez votre message dans "Recherche d'anciennes"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE BON PASTEUR. NOTRE ENFANCE. Index du Forum -> Nos sujets (INDEX DU SITE) -> FORUM PRINCIPAL : NOTRE VECU AU BON PASTEUR : enfance volée ou sauvée ? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3226, 227, 228284, 285, 286  >
Page 227 sur 286

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com